mardi 13 septembre 2011

Saga Algeria : Par deux ils vont


Il y avait un endroit, en des temps lointains (pas tant que ça en fait), où un petit garçon commençait à se poser des questions sur le monde qui l'entoure. À ce garçon on a dit et répété qu'il était arabo-musulman, que c'était écrit dans la constitution.
"L'Arabe est la langue nationale et officielle. L'Islam est la religion de l'Etat."
Est-ce vraiment une définition ? Peut-on définir de façon unique ce qu'est un arabe, et ce qu'est un musulman ?  C'est là le point de départ d'un grand questionnement.

Dans la grande jungle des stéréotypes algériens, permettez-moi de vous présenter Abderezak et Melissa. Tous les deux sont de fières représentants de la jeunesse algérienne, mais en sont deux facettes différentes.
  • Abderezak se définit comme un algérien fier de son "arabité" et de sa religion, conformément à la constitution. Il déplore "l'occidentalisation" de la société, et le fait que les algériens renient leur identité pour une soi-disant modernité qui ne sert qu'à pervertir la société. La femme qu'il épousera devra s'occuper de sa maison et de ses enfants, avant de s'occuper de chercher un travail. Il s'emporte parfois contre cette minorité mécréantes de kabyles qui mettent la zizanie en voulant imposer leur langue au reste du pays, et qui travaillent souvent pour des puissances occultes étrangères qui ne pensent qu'à s'accaparer les richesses du pays. 
  • Melissa elle aime bien parler français, et est fière de sa "modernité". Elle plaide pour une religion plus ouverte et tolérante, et pour les droits des femmes dans la société. Ces droits consistent surtout à pouvoir boire de l'alcool et sortir avec son copain. Elle a lu beaucoup de livres, parce que papa et maman lui ont offert tous les Harry Potter lorsque le journal de TF1 en avait parlé. Elle appartient à une certaine bourgeoisie citadine, qui ne regarde que la télévision française, et ne se déplace qu'en voiture, parce que le bus c'est trop sale. 

Pourquoi ces deux-là ? parce qu'ils vont s'avérer pertinents pour parler d'identité. Gardons les autres stéréotypes pour une prochaine fois.

Les profils semblent être définis par le positionnement suivant les variables suivantes :
  1. Son degrés de religiosité
  2. Son degrés de  "modernité" 
  3. Son positionnement vis-à-vis des langues
À priori rien ne lie ces 3 variables, et on pourrait imaginer différentes combinaisons possibles, et autant de profils correspondants! Pourtant, en Algérie, avec trois variables, on obtient deux et seulement deux possibilités !!! Abderezak et Melissa. Comment est-ce possible ? pourquoi aussi peu de choix ? Quelque chose ne va pas. Les 3 variables ci-dessus définissent le profil identitaire, mais ce n'est clairement pas elles qui conditionnent ce profil.

Un monde où il n'y a que 2 possibilités, qui s'excluent mutuellement, et qui sont le contraire l'une de l'autre... tiens donc, quelle genre de comportement cela peut-il bien représenter ?

La nature humaine est irrationnelle. L'algérien n'échappe pas à cette règle !

À suivre...

L'auteur

Ma photo
Blog à caractère expérimental, servant de support de réflexion et d'expression à un robot de l'espace !

Dozosphère