jeudi 30 septembre 2010

Mon coup de gueule sur le piratage

Je suis tombé il y a quelque temps sur cet excellent article sur owni.fr, parlant de l'intérêt du partage d'œuvre. Et je dois dire que je trouve cet avis très intéressant. Je vais me concentrer ici surtout sur le côté musique, et le fait que des artistes perdent des millions d'euros parce que quelqu'un a eu l'outrecuidance d'écouter un de leur morceau sans payer.

J'aurai beaucoup de choses à dire sur le sujet, mais bon, j'ai envie ici de faire mon primate sauvage, et gueuler. Pourquoi gueuler ? parce qu'il paraît qu'il faut travailler plus pour gagner plus. Ah bon ? mais alors qu'on m'explique pourquoi cet espèce de pseudo-artiste dont la création se borne à reprendre 3 accords et rajouter dessus quelques sons nouveaux devrait toucher l'équivalent d'un an de smic, voir beaucoup plus, simplement en allant s'enfermer 3 semaines dans un studio et enregistrer une fois du bruit sur un bout de plastique, puis en profiter pendant plusieurs mois en allant tout griller dans des boîtes de nuits et des yachts, jusqu'aux prochaines 3 semaines intenses de travail (le pauvre).

La vérité mesdames et messieurs, la vérité vraie, c'est qu'un artiste ne devrait rien toucher de la distribution de sa musique. Il faut réhabiliter la valeur travail, et décréter que nul ne touche un sou sans avoir transpirer pour l'avoir... Bon ça risque de faire beaucoup de pauvres d'un coup, alors je vais être plus précis : la source de revenu majeure d'un artiste devrait être ses prestations sur scènes, devant son public. C'est la véritable raison d'être du musicien, et ça a toujours été comme ça jusqu'à il y a quelques décennies.

La vérité vraie, c'est qu'il y a beaucoup de petits groupes, qui ne disposent pas pour différentes raisons de la couverture médiatique qu'ont d'autres pseudo-artistes, et ses artistes vivent très bien, de leurs concerts et de leur public qui leur est fidèle. Ces groupes se retrouvent souvent sur des scènes ou dans des festivals pas loin de chez vous. Et même si ils ne sont multi-millionnaires, ils ne vivent pas dans la misère.

La vérité vraie, c'est que ceux qui se font le plus piraté sont ceux qui au lieu d'avoir un véritable public, ont surtout une horde de consommateurs qui souhaite les consommer à tout prix parce que les experts du marketing ont bien fait leur travail. Et c'est ce modèle de surconsommation qui pousse les gens à vouloir absolument se procurer le dernier tube à la mode. Et bien entendu, cette remarque s'applique également aux gros block-busters au cinéma. 

La chose la plus ridicule que j'entends à propos du "piratage", c'est l'équivalence un téléchargement égal un achat en moins. Cet argument est erroné parce derrière se cache une hypothèse qui est tout sauf correcte, l'argent dont dispose un individu pour la consommation culturelle est illimité. N'importe qui qui doit compter ses sous à la fin du mois comprendra pourquoi cette hypothèse ne peut pas tenir. 

Le consommateur moyen dispose d'une somme finie pour ses dépenses culturelles. Le consommateur moyen est impuissant face aux armes de persuasion massive des experts en communication et marketing, qui n'hésitent pas à utiliser les techniques les plus sournoises pour susciter le désir de consommer. La grande force de ces experts réside dans leur capacités à planter la graine du désir dans l'esprit du consommateur, qui finit par être persuadé qu'il a choisi librement de consommer ceci ou cela (je reviendrai très certainement sur ce point plus en détail dans un autre post).  

Source de consommation quasi-infinie et désir énorme, auxquels j'oppose la barrière du prix. 

Avant d'aller plus loin, je vais faire un petit cours de physique. J'ai une cuvette, et je lâche une bille à l'intérieur. La bille va rouler vers le bas, atteindre le fond et remonter de l'autre côté, jusqu'à une certaine hauteur h qui dépend de l'énergie initiale de ma bille. Maintenant, si avant qu'elle atteigne la hauteur h, je lui donne une petite pichenette en cours de route, elle va monter un peu plus haut à une hauteur h'>h. Si je ne vois pas la pichenette, mais que je me concentre uniquement sur la hauteur qu'atteint la bille, je peux faire l'erreur de penser qu'elle avait beaucoup plus d'énergie disponible au départ.

Là est le tort du piratage. Faire croire qu'en consommant plus grâce au téléchargement implique que l'on dispose d'un budget plus gros que le budget réel. Et c'est ce budget gonflé artificiellement qui ouvre l'appétit des gros distributeurs, qui veulent mettre la main dessus. Et oui mais le problème c'est que cette manne supplémentaire n'existe pas en réalité, ce n'est qu'une illusion.

mercredi 29 septembre 2010

Court métrage du jour 1

C'est la mode des zombies en ce moment, et je suis tombé sur un petit court assez sympa qui aborde le sujet de façon original.



I Love Sarah Jane from Qoob TV on Vimeo.

On en trouve des choses sympas sur vimeo !!!

Parlons intelligence

Un sujet qui me tient particulièrement à cœur, l'intelligence humaine !

Vaste sujet qui si il n'est pas correctement structuré, peut vite nous égarer tant les ramifications sont nombreuses et les différentes approches variées.

Étant de formation scientifique, je n'ai pas pour habitude de broder des kilomètres de texte, et afin d'éviter de me noyer dans ma propre réflexion, je vais essayer d'aller droit au but, en évitant les sentiers sinueux.

Par quoi commencer donc ? Sans hésitation, je vais m'attaquer à cette idée farouchement accrochée dans la tête de l'immense majorité des gens, qui consiste à croire que l'intelligence est innée, et que ceux qui n'ont pas eu la chance de naître avec un cerveau développé sont condamnés à souffrir d'un complexe d'infériorité. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : tout ceci n'est que foutaises. Et pour bien le faire comprendre, j'ai pris l'habitude de prendre une image que je pense assez représentative de la façon dont je vois les choses. Ah les analogies, je n'ose même pas imaginer toutes les lignes de textes que je vais m'épargner simplement à l'aide d'une analogie.

Bref, dire qu'il y a les gens intelligents, et les autres, c'est comme dire, qu'il y a des gens qui courent vite, et les autres. Effectivement, il y a des gens qui courent plus vite que les autres, et tout le monde n'est certainement pas un Hussein Bolt. Mais avec un peu d'entraînement et de persévérance, tout le monde peut courir vite. Il en est de même avec l'intelligence. Pourquoi ce serait différent avec l'intelligence ? Pourquoi est-ce tellement ancré dans la tête des gens qu'il y a des choses qui sont permises et qui leurs seraient totalement interdites à cause de limitations physiologiques, ou génétiques, ou je ne sais quoi d'autre. Je me doute que la réponse ne doit pas être simple.

Le lecteur avertit, si lecteur il y a, notera que je n'ai pas pris la peine de définir l'intelligence. Et je ne suis pas sur d'avoir envie de le faire. Car la nature de l'intelligence ne change rien à mon propos. Je dis une chose et une seule, il n'y a rien que quelqu'un sache faire que je ne saurai moi-même faire un jour en m'y attelant sérieusement. Tout est dans la durée.

Celui qui souhaite savoir faire quelque chose n'a qu'une seule et unique solution, c'est la persévérance dans le travail.

On m'objectera que certaines personnes ont certaines facilités dans des domaines qu'ils n'auraient jamais pratiqués, qu'ils ont un don, qu'ils sont naturellement bon. Et je réponds que je n'y crois pas. Et j'ajoute que si on pouvait suivre toute la vie d'un pareil individu, on finirait par trouver à un moment une forme de conditionnement quelconque qui a préparé le cerveau à recevoir l'information et à la traiter de la bonne façon. Afin d'illustrer mon propos, je vais considérer deux exemples. Il y a quelque temps, une étude avait montré que près d'un polytechnicien sur deux est un enfant d'enseignant. Les polytechniciens ne font pas nécessairement des polytechniciens, mais beaucoup d'enseignants font des polytechniciens. Intéressant ! Très bien me dira-t-on, mais si des polytechniciens ne font pas nécessairement des polytechniciens, les médecins eux font souvent des médecins, n'y aurait-il donc pas de cause génétique à la réussite de dynasties de médecins. Je connais bien ce cas, puisque je suis moi-même fils de médecin (non je ne suis pas médecin, et je n'ai même pas essayé). Et il y a une chose dont je suis sur, à l'âge de 10 ans je savais déjà ce qu'était l'acide acétylsalicylique (de l'aspirine), et j'étais même surpris que d'autres ne connaissent pas ce mot dans mon entourage au collège. Ceci est un arbre derrière lequel se cache une forêt de petits conditionnements quotidiens, qui m'ont permis, bien que n'ayant jamais eu le moindre cours de médecine, d'être assez familier avec un certain nombre de termes, de concepts et de jargon médical. À la place j'ai choisi de faire des études de physique, et je m'en suis plutôt bien sorti, étant à l'aise avec la manipulation de concepts mathématiques et physiques. Et encore une fois, je dois plus remercier mes parents de m'avoir élever au science et vie et autre livres de vulgarisation que mon héritage génétique (oui je me considère comme intelligent :p ).

Mais alors c'est facile d'être intelligent ? Je réponds sans hésiter que oui. C'est même la chose que l'humain apprend à faire en premier. Et non, manger dormir et salir ses couches sont innés et ne relèvent pas de l'apprentissage. Être intelligent est donc la première chose qu'un bébé fait. Et pourquoi me direz-vous ? Parce qu'il n'a pas le choix. Le bébé ne sait rien faire à la naissance, et il est dans cet environnement inconnu, avec ces gens qui émettent des sons et qui bougent dans tous les sens. Le bébé est stimulé continuellement, sa curiosité est à son paroxysme. Il reste ouvert et analyse tout ce que ses sens détectent. Le bébé est l'espèce la plus intelligente sur Terre.

Malheureusement bébé finit par être grand, et en savoir suffisamment pour atteindre un équilibre avec son environnement. Il n'y a plus de stimulation !  Une fois qu'il n'y a plus besoin de fournir d'effort pour interagir avec son environnement, il se passe cette chose terrible dans l'esprit de chacun, le disjoncteur de la curiosité et de l'analyse saute sur off.

Le bébé est devenu un homme ou une femme moyen(ne), qui se contentera toute sa vie de reproduire les schémas de son entourage, et continuer son chemin suivant une inertie dont il est loin d'avoir le contrôle. Mais ceci est une autre histoire...

mercredi 15 septembre 2010

Le premier message

Ce blog n'a pas de thématique particulière, les sujets abordés varieront selon mon humeur, et mon inspiration.

Ce n'est pas ma première aventure blogguesque, mes espérant que ce soit la première qui dure plus d'une année, et avec plus de 10 posts. Dans le passé, j'ai essayé de limiter mes blogs à des thématiques bien précises, ce qui ajoute des contraintes, et me pousser à vouloir rédiger des posts trés élaborés. Je vais éviter de tomber dans ce piège cette fois-ci, et je me laisse la porte ouverte à diverse expérimentations. Il paraît que ce n'est pas le mieux pour avoir du trafic depuis google, mais comme ce blog est avant tout pour moi, on va dire que le trafic n'est pas ma priorité.

Sinon je ne compte pas me présenter, ni tenter de créer un pseudo-climat de communauté de je ne sais quoi, si des lecteurs passent par ici et sont intéressés, ils sont bien entendu les bienvenus. Cependant, il faudra faire attention, parce que je ne suis pas très patient avec les "crétins" (termes que je définirai certainement dans d'autres posts).

Pour mes centres d'intérêts, je me pencherai certainement sur mon pays l'Algérie, en passant par les sciences exactes, mon séjour (trop) prolongé en France pour mes études, l'état et l'avenir du monde, un peu de politique, un peu de culture, en ratissant large, car j'ai la chance d'avoir grandi dans un environnement à la croisée de plusieurs cultures différentes. Bref, cette liste est bien évidement non-exhaustive, et j'essaierai de garder une certaine cohérence dans les tags, en faisant en sorte que les choses soient rangées un minimum (toujours dans l'optique d'organiser mes idées, tant mieux si ça profite à la navigabilité du site).


J'arrête là parce que ça m'ennuie quand même de voir mon écran se remplir tout seul, sachant que ce premier poste ne sera de toute façon lu par personne ou presque. Ça me donne l'étrange sensation de parler à moi-même et de sombrer dans la paranoïa !!!!!!

L'auteur

Ma photo
Blog à caractère expérimental, servant de support de réflexion et d'expression à un robot de l'espace !

Dozosphère