lundi 20 décembre 2010

Pourquoi Facebook ne changera pas le monde

Les faits

Marc Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a été élu par la rédaction de the Time personnalité de l'année 2010, alors qu'un vote internet avait déclaré Julian Assange, le papa de Wikileaks, vainqueur.

Pourquoi Facebook ?

On peut sortir plusieurs raisons, mais la seule vraie et unique c'est le nombre de membres : 500 millions, 1/12 ème de la planète entière. Effectivement c'est énorme. C'est la raison pour laquelle je pense que Zuckerberg mérite amplement cette nomination. Je suis même persuadé que certaines personnes se sont mises à internet pour être sur Facebook, quand on voit l'augmentation des inscriptions chez les 45-60 ans cette année.

Et Wikileaks dans tout ça ?

Je suis un ardent défenseur de Wikileaks, et je trouve l'idée à la base très belle. Mais je dois avouer que la dernière sortie sur les câbles diplomatiques m'a beaucoup déçu. Je ne veux pas m'éparpiller donc je ne m'attarde pas dessus. Ce que je pense par contre, c'est que Wikileaks est un exemple à suivre, et qui peut être suivi de différentes façons.

Dès les débuts de Wikileaks, j'avais imaginé qu'il serait possible de l'utiliser comme moyen d'action à un niveau local, pour lutter par exemple contre les petites corruptions de tous les jours, où sans aller jusque là, simplement pour dénoncer les irrégularités et les incompétences qui peuvent miner la vie quotidienne d'un citoyen trop honnête. Quelle ne fut pas ma joie de voie cet article sur un wikileaks russe contre la corruption. Mais c'est encore loin de l'idée que je me fais d'une action locale.

Mes critiques à Facebook


Je voulais au départ écrire un article très long et très argumenté sur Facebook et internet, mais je me suis rendu compte d'une part que beaucoup de texte fait fuir les gens (principe de moindre action), et aussi que je passais beaucoup trop de temps à y réfléchir. Or réfléchir c'est bien, mais à un moment il faut savoir arrêter pour passer à l'action. Ayant également remarqué que les gens préféraient les images, et comme j'ai parlé du GIMP récemment, tout ceci m'a inspiré cette belle image (les puristes reconnaitront l'inspiration) :



Tout n'est pas résumé dans cette image loin de là. On n'y lit pas par exemple le danger que représente les sites centralisés et fermés comme Facebook pour l'avenir de l'internet, qui est en train de passer malheureusement d'une structure horizontale ouverte à plusieurs sous-structures verticales et fermés. Malheureusement, Facebook & co. menacent à terme la diffusion libre de l'information, qui ne peut être assurée que dans un cadre ouvert, transparent, et surtout non-centralisé, et donc non-contrôlable par une poignée d'individus.

Mais sans renter dans détails philosophico-techniques, je constate simplement que les groupes dédiés à des causes, pour prendre un exemple qui avait fait espérer des gens en son temps, ont simplement disparu sous le bruit des vidéos de chat meugnon et de compilations de fails. Et c'est la raison pour laquelle Facebook ne changera jamais le monde...

L'auteur

Ma photo
Blog à caractère expérimental, servant de support de réflexion et d'expression à un robot de l'espace !

Dozosphère